VESTIGES (2020)


Solo, 55 mns






PRESENTATION



S’il existe des vestiges, il existe des promesses silencieuses, des secrets dévoilés et des feux dont nous sommes les héritiers, à la fois les receleurs et les destinataires. De quels gestes et de quels feux sommes-nous les héritiers ?

Depuis sa résidence à la Villa Kujoyama, Benjamin Karim Bertrand rassemble un corpus d’improvisations filmées à Kyoto, à Alger, à Paris et à Marseille. Par la pratique de la mémoire photographique et du montage, il observe le trajet des mains et l’orientation des visages, il y séquence les mouvements ondulatoires et le rythme des marches afin de mémoriser avec précision l’articulation instinctive de ces souffles dans la partition chorégraphique. Le nom de ces gestes est ferveur et humiliation, poussière et écroulement, ligne d’horizon et regard porté vers les lointains, le nom de ces gestes est amour, déesse gardienne, mer et désert, fragment, silence et parole, soins et guérison, intimité et cosmos, dépense et don, cercle et révolution.

Par le partage de ces gestes tracés, cette chorégraphie a pour horizon, au même titre que les mots de Donna Haraway, « d’apprendre à faire mémoire et à vibrer avec les fantômes ». Aussi, elle est à placer sous le signe futur de l’oubli car il est dit que c’est sous ce signe que les âmes des défunts peuvent renaître après avoir traversé le Léthé, l’un des cinq fleuves des Enfers.

Vestiges fait partie d’un diptyque avec La fin des forêts (2021) qui réunira un groupe de plusieurs interprètes.

EQUIPE DE CREATION


Conception, chorégraphie, interprétation : Benjamin Karim Bertrand
Création sonore : Florent Colautti
Montage sonore : Benjamin Karim Bertrand et Florent Colautti 
Coordination artistique : Soline de Warren
Création lumières : Soline de Warren

Crédits musicaux et textuels par ordre d’apparition
Textes et voix : Benjamin Karim Bertrand, La fin des forêts / Kunichi Uno, entretien / Benjamin Karim Bertrand, random field recording / Basho, La sente étroite du bout du monde
Musiques :  Simeon Ten Holt, Tomoko Mukaiyama, Gerard Bouwhuis, Canto ostinato, section 1-30 1989, Third wife / Robyn, Impact (feat Robyn & Channel Tres) / Koki Nakano / Taos Amrouche, Chant d’amour

PARTENAIRES


Coproducteurs : Ménagerie de verre (Paris), TAP-Théâtre Auditorium de Poitiers, Ville de Poitiers
Partenaires : Festival Artdanthé (Vanves), Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, Centquatre (Paris) - prêt de studio, Ballet national de Marseille direction (LA)Horde (prêt de studio)

Ce projet a été développé lors de la résidence de Benjamin Karim Bertrand à la Villa Kujoyama avec le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller et de l’Institut français.

DIFFUSION



7 mars 2020 : Décadanse, Festival Artdanthé (Vanves) étape de travail 
17 septembre 2020 : Exposition “Rien n’aura eu lieu” (Pop-Arles) curatée par Margaux Bonopera, Grégorie d’Ablon et Fabien Vallos étape de travail
18 septembre 2020 : Festival Constellations, Toulon
24 & 25 octobre 2020 : Festival Viva Villa, Collection Lambert, Avignon
27 et 28 novembre 2020 : Festival les Inaccoutumés, Ménagerie de verre (Paris)


CHRONOLOGIE


23 et 24 novembre 2020 | Festival Viva Villa, Collection Lambert (Avignon)




© Louise Quignon

30 juin 2020 | Warm up session, Lafayettes anticipations


“De septembre à décembre 2019, Benjamin Bertrand part au Japon en résidence à la Villa Kujoyama pour y chercher des gestes vestiges, des gestes d'ouverture, horizontaux, bras ouverts devant la Méditerranée et mains tendues vers un corps invisible et matriciel. En résidence à la Villa Kujoyama, il développe une pratique polymorphe en studio : il s'initie au théâtre Noh auprès de l'acteur Tatsushige Udaka, il poursuit sa pratique de l'improvisation et s'intéresse à la filiation entre le bouddhisme zen et les avant-gardes de la post-modern dance américaine.En tant que passeur, il souhaite durant cette Warm Up Session transmettre à chaque participant•e les traces de ces danses improvisées à Kyoto, à la qualité particulière de recueillement. Ces sept danses composent son prochain solo, Vestiges*, sept danses du soin en dialogue avec les spectres des tribus décimées qu'évoque le poète algérien Kateb Yacine et dont les flux de nos peaux ravivent les traces sensuelles.”

$



Septembre à décembre 2019 : Résidence à la Villa Kujoyama / Kyoto


Mars 2020 : Résidence au 104 / Paris


Nedjma, Kateb Yacine 
“- Comprends-tu ? Des hommes comme ton père et le mien… Des hommes dont le sang déborde et menace de nous emporter dans leur existence révolue, ainsi que des esquifs désemparés tout juste capables de flotter sur les lieux de la noyade sans pouvoir couler avec leurs occupants : ce sont des âmes d’ancêtres qui nous occupent, substituant leur drame éternisé à notre juvénile attente, à notre patience d’orphelins ligotés à leur ombre de plus en plus pâle, cette ombre impossible à boire ou à déraciner, - l’ombre des pères, des juges, des guides que nous suivons à la trace, en dépit de notre chemin, sans jamais savoir où ils sont, et s’ils ne vont pas brusquement déplacer la lumière, nous prendre par les flancs, ressusciter sans sortir de la terre ni revêtir leurs silhouettes oubliées, ressusciter rien qu’en soufflant sur les cendres chaudes, les vents de sable qui nous imposeront la marche et la soif, jusqu’à l’hécatombe où gît leur vieil échec chargé de gloire, celui qu’il faudra prendre à notre compte, alors que nous étions faits pour l’inconscience, la légèreté, la vie tout court… Ce sont nos pères, certes ; des oueds mis à sec au profit de moindres ruisseaux, jusqu’à la confluence, la mer où nulle source ne reconnaît son murmure : l’horreur, la mêlée, le vide - l’océan - et qui d’entre nous n’a vu se brouiller son origine comme un cours d’eau ensablé, n’a fermé l’oreille au galop souterrain des ancêtres, n’a couru et folâtré sur le tombeau de son père…"





Juin 2020 | Résidence à la Ménagerie de verre / Paris





MMars 2020 : Festival Artdanthé (étape de travail), Vanves